Honoré DAUMIER
Lycée-Collège
Marseille
 

Le Pôle musique au lycée Honoré Daumier

Le Pôle musique au lycée Honoré Daumier

* Le cursus musical en seconde :

Cet enseignement s’adresse à tous les musiciens débutants ou / et aux confirmés motivés venant de la classe de 3ème :

Option facultative : 1h30 (pratique musicale, préparation de concerts).

Art du son (enseignement d’exploration) : 1h30 (découverte des métiers du son).

Le niveau instrumental (ou vocal) ne détermine pas l’admission de l’élève dans la section musique. L’élève doit néanmoins témoigner d’une envie forte de jouer de la musique dans tous les styles.

Après la classe de seconde, quelle filière ?

Suivre ces options en seconde ne détermine pas l’orientation de l’élève.

A l’issue de la classe de seconde, il peut choisir la filière S, ES, STG s’il désire continuer la musique en option facultative (1h30) ou bien choisir l’option de spécialité (5 heures hebdomadaire) dans le cadre d’un baccalauréat littéraire. Cet enseignement musical de spécialité (L Art Musique) compte alors dans l’obtention du diplôme et est affecté d’un coefficient 6.

L’option facultative musique après la seconde

En tant qu’option, les enseignements artistiques ne revendiquent aucune visée professionnelle. Ils relèvent tous de la formation culturelle générale proposée au lycée.

L’option musique demeure quoi qu’il en soit une excellente préparation aux études universitaires de musicologie.

Contenu des études

L’enseignement facultatif de la musique en cycle terminal (trois heures hebdomadaires, en réalité 1h30) se développe autour de plusieurs champs de questionnement qui se succèdent et se complètent sur les deux années du cycle.

Classe de première
- Œuvre musicale : continuités et ruptures, héritages et perspectives
- Œuvre musicale et récit

Classe de terminale
- L’œuvre et son organisation
- L’œuvre et ses pratiques
- L’œuvre et l’histoire
- L’œuvre, la musique et les autres arts

En classe terminale, un programme limitatif, renouvelé pour partie régulièrement et concernant l’ensemble des questions proposées par le programme, est une référence pour l’évaluation des élèves au baccalauréat.
Il ne peut toutefois circonscrire à lui seul le périmètre des musiques rencontrées et étudiées durant l’année. Celles-ci sont bien plus nombreuses, certaines étant abordées par la pratique d’interprétation, d’arrangement ou encore de (re)création/manipulation, d’autres l’étant par l’écoute, la sensibilité, le commentaire et l’analyse auditive.

L’épreuve facultative de musique

Elle est, rappelons-le, ouverte à toutes les séries. Il s’agit d’une épreuve orale de pratique et culture musicales.

Durée : 40 minutes (partie A : 30 minutes maximum, partie B : le temps restant). Pas de temps de préparation.

L’épreuve est organisée en deux parties enchaînées et évaluées par le même jury.

La partie A mobilise les compétences perceptives du candidat et sa culture musicale, la partie B lui permet de témoigner de ses pratiques musicales.

Les deux parties de l’épreuve peuvent se succéder dans un ordre choisi par le candidat, la durée totale de l’épreuve ne pouvant excéder 40 minutes.

Une fiche de synthèse présente au jury les réalisations et études qui constituent le corpus du candidat élaboré tout au long de l’année scolaire. Y figurent notamment les pratiques musicales qui ont été conduites durant l’année scolaire ainsi que les orientations ayant présidé à l’étude des problématiques du programme.

Ce document, dont la présentation au jury est obligatoire, n’est pas évalué mais permet au jury d’enrichir le questionnement du candidat durant les deux moments de l’épreuve.

Première partie : écoute comparée
Deux brefs extraits d’œuvres musicales, dont l’un est obligatoirement issu d’une des œuvres du programme limitatif publié chaque année au Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale, sont écoutés successivement (au maximum à trois reprises).

Guidé par les questions du jury, le candidat en réalise le commentaire comparé visant à souligner les différences et ressemblances des musiques entendues (caractéristiques, expressions, références, etc.).

Le jury évalue les compétences perceptives du candidat et sa connaissance des problématiques étudiées dans le cadre du programme. Il apprécie également ses capacités à utiliser à bon escient ses connaissances et compétences musicales (vocales et/ou instrumentales) pour resituer les extraits entendus dans l’histoire générale de la musique.

Deuxième partie : interprétation
Après avoir brièvement présenté la nature d’une pièce témoignant des pratiques musicales menées durant l’année scolaire, le candidat en interprète tout ou partie à l’aide de sa voix ou de son instrument, en étant éventuellement accompagné par ses partenaires habituels au lycée (quatre élèves maximum issus du lycée du candidat). Cette interprétation est suivie d’un entretien avec le jury.

L’évaluation porte sur la qualité artistique de l’interprétation (quel que soit le niveau technique auquel se situe le candidat) et sur la capacité du candidat à mettre la pièce choisie en perspective avec les problématiques du programme.

Pour l’ensemble de l’épreuve, un piano, une batterie et des amplis sont mis à disposition du candidat. Tout autre instrument utilisé doit être apporté par les soins du candidat et sous son entière responsabilité.

Évaluation : cette épreuve est notée sur 20 points répartis comme suit :
Partie A notée sur 13 points ; partie B notée sur 7 points.

Les notes au-dessous de la moyenne ne comptent pas.
Les points au-dessus de la moyenne sont doublés si la musique est votre 1ère option facultative. (ex : 18/20= 8 points ou 16 points si la musique est votre 1ère option)

Programme 2015 :

Wolfgang Amadeus Mozart
- Divertimento K136, D Majeur

Jean-Philippe Rameau, ensemble d’œuvres

Ces pièces et leurs « versions » imposées permettront d’approfondir les différentes perspectives imposées par le programme de terminale et notamment celles relevant de « l’œuvre et ses pratiques ».
Les interprétations précisées ci-dessous sont aisément accessibles sur les plateformes de téléchargement légal et seront les références pour l’épreuve du baccalauréat. Cependant, les candidats gagneront, tout au long de leur préparation à l’épreuve, à les comparer à d’autres versions dans le cadre des perspectives étudiées.

Suite en sol : La Poule Les Sauvages
Alexandre Tharaud, in album Alexandre Tharaud joue Rameau,
Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

Suite en mi : Le Rappel des oiseaux
Robert Casadesus, in album Jean-Philippe Rameau
Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

Suite en la : Gavotte et cinq doubles
Alexandre Tharaud, in album Alexandre Tharaud joue Rameau,
Trevor Pinnock, in album Jean-Philippe Rameau, Complete works for harpsichord

Le jazz et l’Orient

Les cinq pièces présentées ci-dessous forment un des trois ensembles du programme limitatif du baccalauréat. Chacune évoque de façon singulière le dialogue des cultures, celles de l’Orient et du bassin méditerranéen et celles du jazz occidental, lui-même issu d’une histoire partant de l’Afrique noire et passant par l’Amérique du nord avant d’investir la globalité du monde occidental.
La durée cumulée exceptionnellement longue de ces cinq pièces s’explique par l’esthétique même des cultures dont elles sont issues. Si les formes sont le plus souvent simples, le discours mélodique, le travail du phrasé ou encore l’ornementation exigent quant à eux un temps important pour se développer et permettre à l’auditeur d’en prendre la mesure. Les quatre problématiques du programme de terminale (l’œuvre et son organisation, l’œuvre et ses pratiques, l’œuvre et l’histoire, l’œuvre, la musique et les autres arts) pourront aisément être mobilisées pour réfléchir ces musiques, mesurer leur originalité et développer des pratiques musicales originales.

- Ibrahim Maalouf, They don’t care about us, in album Diagnostic

- Rabih Abou-Khalil, Mourir pour ton décolleté, in album Songs for Sad Women

- Avishai Cohen, Aurora, in album Aurora

- Jasser Haj Youssef, Friggya, in album Sira

- Marcel Khalifé, Caress, in album Caress

Le contenu des études en Spécialité L Art Musique

L’enseignement de cette option se propose d’élargir la culture des élèves en leur permettant d’acquérir les compétences nécessaires à une pratique réfléchie et créative de la musique. Il se destine aussi à l’étude du phénomène sonore : espace, temps, couleur et forme par la rencontre d’œuvres variées chantées, jouées qui aboutissent à la production de concerts. (Chœur, orchestre, groupes, etc.)

Les effectifs :

Cette section bénéficie d’effectifs allégés qui permettent le suivi de chacun et assurent un taux de réussite au bac très élevé.

* Le cursus musical en première :

http://www.education.gouv.fr/cid53325/mene1019677a.html

Le contenu des études :

Cet enseignement musical vient éclairer les connaissances littéraires et historiques acquises dans le primaire et au collège. Il se base sur la perception des langages musicaux, sur la production et sur la création : percevoir, produire et penser la musique.

Ces trois grandes compétences se construisent par la multiplication de situations d’études. Pouvant aussi bien relever de l’interprétation, de la création, du commentaire, de l’analyse, de la recherche documentaire ou de la réflexion générale.

En classe de première, deux grandes questions irriguent le travail de l’année :

- La première interroge les rapports de la musique aux autres domaines de la création artistique.
- La seconde étudie les diverses façons dont la musique organise le temps de son discours, c’est-à-dire sa forme.

L’étude de chacune de ces questions parcourt la profondeur de l’histoire de la musique et des arts et prend en compte la période contemporaine :

. Musique et autres arts

. Musique et recherches formelles

* Le cursus musical en terminale :

Le contenu des études :

Construit de la même manière que pour la classe de première, il aborde toutefois quatre champs d’étude.

Chaque chapitre se voit imposé une œuvre de référence pour les épreuves terminales du baccalauréat :

La musique, le timbre et le son

La musique, le rythme et le temps

La musique, l’interprétation et l’arrangement

La musique, diversité et relativité des cultures

* programme limitatif 2015 :

Directions de travail :

l’interprétation et l’arrangement

Germaine Tailleferre
Quatre opéras bouffes, petite histoire lyrique de l’art français, du style galant au style méchant, sur des livrets de Denise Centore, pour voix solistes et orchestre de chambre.

le timbre et le son

Jean-Philippe Rameau, ensemble d’œuvres

Cet ensemble de pièces de Jean-Philippe Rameau sera étudié prioritairement des différents points de vue qui président à ces directions de travail. Toutes les pièces et leurs « versions » imposées permettront d’approfondir la question de l’interprétation comme celle du timbre et du son. En outre, certaines d’entre elles permettront d’approfondir la question de l’arrangement. Si les interprétations précisées ci-dessous et aisément accessibles sur les plateformes de téléchargement légal seront les références pour l’épreuve du baccalauréat, les candidats gagneront, tout au long de leur préparation à l’épreuve, à les comparer à d’autres versions.

Premier livre de Pièces de clavecin : Prélude
Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin
Claudio Colombo, in album Rameau : complète piano music

Suite en sol : Menuet 1 & Menuet 2 ; Les Sauvages ; L’Enharmonique
Alexandre Tharaud, in album Alexandre Tharaud joue Rameau
Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

Suite en mi : Le Rappel des oiseaux
Robert Casadesus, in album Jean-Philippe Rameau
Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

Pièces de clavecin en concerts

Premier concert : La Livri
Quatrième concert : L’Indiscrète
Christophe Rousset, Les Talents lyriques, in album Rameau : six concerts en sextuor
Trevor Pinnock, in album Jean-Philippe Rameau, Complete works for harpsichord

la musique, diversité et relativité des cultures

Richard Galliano

- La valse à Margaux, dans New musette, Label bleu, 1995

- C’est peut-être, Alain Leprest, dans Voce a mano, Saravah, 1992

- Huit et demi - La Passerella d’addio, Nino Rota, dans Richard Galliano - Nino Rota, Universal, 2011

- Taraf, dans Blow up, Sony / Francis Dreyfus Music France, 1997

- Billie, dans Richard Galliano solo, Sony / Francis Dreyfus Music France, 2007

- Aria, 2007, dans Richard Galliano - Bach, Universal, 2011 (dernière plage de l’album)

Direction de travail : la musique, le rythme et le temps

Wolfgang Amadeus Mozart
Sérénade « Gran Partita », Sib majeur, K361

* Épreuves du baccalauréat :

Partie écrite de l’épreuve obligatoire : culture musicale et artistique
Durée : 3 heures 30
Première partie : 1 heure
Seconde partie : 2 heures 30

L’épreuve repose sur deux œuvres musicales identifiées par le sujet (titre, auteur ou origine, dates du compositeur et/ou date de composition). Ces œuvres sont chacune présentées par l’audition d’un extrait significatif :
- l’extrait de la première œuvre, issue du programme limitatif publié au Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, est exclusivement écouté durant la première partie ;
- l’extrait de la deuxième œuvre, hors programme limitatif, est écouté durant les deux parties de l’épreuve ; la durée de cet extrait peut être augmentée pour les besoins de la deuxième partie.
Lorsque l’œuvre intégrale est particulièrement brève, l’extrait diffusé peut correspondre à son intégralité.
L’épreuve, organisée en deux parties, débute lors de la première audition des extraits musicaux supports de la première partie. Le sujet est distribué 5 minutes après la fin de cette première audition.

- Première partie : commentaire comparé des extraits musicaux
Guidé par des entrées de comparaison proposées par le sujet et relevant des grandes questions du programme de terminale, le candidat doit rédiger son commentaire faisant apparaître les différences et ressemblances des musiques diffusées et témoignant de ses connaissances sur l’esthétique et la sociologie de la musique.
Les deux extraits sont diffusés successivement, à quatre reprises au moins, selon un plan de diffusion précisé par le sujet et intégrant la première audition marquant le début de l’épreuve.
- Seconde partie
Le candidat doit répondre à une série de questions portant sur l’œuvre identifiée et hors programme limitatif de la partie précédente et dont l’extrait représentatif, diffusé à plusieurs reprises selon un plan de diffusion présenté par le sujet, est éventuellement allongé dans sa durée (environ six minutes maximum).

Les questions posées peuvent concerner :
. une ou plusieurs des grandes questions qui organisent la partie « contenus » du programme de la classe de terminale ;
. un ou plusieurs aspects caractéristiques de l’œuvre et de son interprétation ;
. la description de l’organisation musicale qui caractérise tout ou partie de l’extrait diffusé.
Autant que de besoin, le sujet est accompagné de documents annexes identifiés sur lesquels le candidat peut s’appuyer pour enrichir ses réponses aux questions posées. Il peut s’agir, notamment :
. de la partition ou la représentation graphique adaptée correspondant à tout ou partie du document sonore ;
. d’un bref extrait du document précédent sur lequel le candidat est explicitement amené à répondre à une ou plusieurs des questions posées ;
. d’un document iconographique (reproduction d’une peinture, d’une photo, etc.) ;
. d’un bref texte.
Lorsque le sujet s’accompagne de documents annexes, ceux-ci sont distribués au début de la seconde partie de l’épreuve.

Critère d’évaluation et notation
Cette épreuve est notée sur 20 points répartis comme suit :
. première partie notée sur 7 points ;
. seconde partie notée sur 13 points.

Partie orale de l’épreuve obligatoire : pratique et culture musicales et artistiques
Durée : 30 minutes
Première partie : 15 minutes maximum
Seconde partie : le temps restant
La partie orale de l’épreuve est organisée en deux parties consécutives et évaluées par le même jury.

- Première partie : pratique musicale
L’épreuve consiste en une interprétation vocale ou instrumentale individuelle ou collective (quatre élèves maximum issus des classes de musique du lycée du candidat) articulée aux pratiques musicales menées en classe, suivie d’un entretien avec le jury.
Elle est organisée en deux moments successifs :
a) l’interprétation : le candidat présente brièvement puis interprète (éventuellement accompagné dans les conditions précisées ci-dessus) une pièce de son choix intégrant ou suivie d’un bref prolongement original (variation, développement, improvisation, composition, etc.) ;
b) l’entretien : le jury interroge le candidat sur le contenu du moment précédent. Il l’invite, d’une part, à préciser les articulations aux pratiques musicales conduites en classe et aux champs de questionnement qui organisent le programme de la classe de terminale, d’autre part, à expliciter la démarche créative poursuivie et les processus musicaux librement mis en œuvre dans le prolongement proposé. Le candidat illustre son propos d’exemples chantés ou joués.

- Deuxième partie : culture musicale
Le candidat écoute un extrait significatif d’une œuvre hors programme limitatif, identifiée (titre, auteur ou origine, dates du compositeur et/ou date de composition) et explicitement référée à l’une au moins des « quatre grandes questions » qui organisent le programme de terminale. Guidé par les questions du jury, il est amené à la commenter du point de vue de la ou des questions du programme auxquelles elle se rapporte et à la comparer à, au moins, une des œuvres du programme limitatif. L’écoute peut être réitérée.
La présentation initiale comme les réponses apportées aux questions posées par le jury peuvent opportunément s’appuyer sur la voix chantée du candidat ou l’usage d’un instrument qu’il aura pris soin d’apporter (un clavier est à sa disposition dans la salle d’interrogation).

- Critère d’évaluation et notation
Cette épreuve est notée sur 20 points répartis comme suit :
- la première partie notée sur 10 points ;
- la seconde partie notée sur 10 points.

- Composition du jury
Chaque commission d’interrogation est composée d’au moins deux professeurs d’éducation musicale ou de musique dont un (au moins) assure tout ou partie de son service en série littéraire - art-musique.

Épreuve orale de contrôle, série littéraire
Durée : 30 minutes
Première partie : 15 minutes maximum
Seconde partie : le temps restant
Coefficient 6
L’épreuve est organisée en deux parties.
- Première partie : pratique musicale
Le candidat interprète une pièce vocale ou instrumentale individuelle ou collective (cinq élèves maximum issus des classes de musique du lycée du candidat) articulée aux pratiques musicales de la classe. Il explicite son interprétation, en donne quelques éléments d’analyse et répond aux questions du jury sur le langage musical, l’origine et l’esthétique de l’œuvre interprétée.
- Seconde partie : commentaire
Cette partie est organisée en deux temps :
a) premier temps : le jury propose au candidat l’audition d’un bref extrait significatif d’une des œuvres du programme limitatif publié au Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Le candidat doit répondre à des questions relatives à l’extrait écouté comme à certaines des « grandes questions » du programme de terminale dont il peut témoigner. L’audition de l’extrait peut être réitérée. Le jury peut mettre à disposition du candidat la partition ou la représentation graphique adaptée correspondant à l’extrait écouté ;
b) second temps : le jury propose au candidat l’audition d’un extrait hors programme limitatif et non identifié.
Guidé par les questions du jury, le candidat le compare à l’extrait précédent et en réalise le commentaire comparé visant à souligner les différences et ressemblances des langages musicaux utilisés dans le cadre de l’une au moins des « grandes questions » qui organisent le programme de terminale.
- Critère d’évaluation et notation
Cette épreuve est notée sur 20 points répartis comme suit :
. la première partie notée sur 10 points ;
. la seconde partie notée sur 10 points, à raison de 5 points pour le premier temps et de 5 points pour le second temps.
- Composition du jury
Chaque commission d’interrogation est composée d’au moins deux professeurs d’éducation musicale ou de musique dont un (au moins) assure tout ou partie de son service en série littéraire - art-musique.

LES ÉTUDES POST-BAC – LES CARRIÈRES

L’ensemble des formations et carrières qui s’offrent aux élèves musiciens est très vaste.

Il est, par conséquent, judicieux d’aller sur le site internet de la cité de la musique à Paris qui fait apparaître de nombreuses possibilités d’orientation.
http://mediatheque.cite-musique.fr/masc/

Les métiers de la musique

Pour le métier d’ingénieur du son, il faut suivre un cursus littéraire musical permettant d’acquérir une bonne connaissances des courants musicaux puis suivre une année de mise à niveau en science (AUP année préparatoire universitaire) pour pouvoir intégré de bonnes écoles.

Lycée-Collège Honoré DAUMIER – 46 Av Clot Bey - 13008 Marseille – Responsable de publication : M. PHILIPPE
Dernière mise à jour : vendredi 8 décembre 2017 – Tous droits réservés © 2008-2017, Académie d'Aix-Marseille